logo-ulb

Contribution à la prise en charge de la drépanocytose dans la ville de Kisangani

République démocratique du Congo

Objectif

Améliorer l’accès aux soins de santé de qualité et promouvoir le droit à la santé pour tous. Garantir et améliorer l’accès à la connaissance, améliorer la qualité de la recherche et stimuler l’innovation, afin de contribuer au développement.

Coordinateur(s)

MARINI DJANG’EING’A Roland- ULG et BATINA AGASA Salomon-Université de Kisangani

Partenaire(s)

GULBIS Béatrice –ULB ; HUBERT Philippe-ULG ; BOURS Vincent-CHU de Liège ; RAZY Elodie-ULG ; FREDERICH Michel-ULG ; GUILLAUME Michèle-ULG ; ETIENNE Anne-Marie-ULG

Catégories

Formation

Période

Projet en cours depuis 2003

Présentation du projet

Le projet vise à contribuer à l’amélioration de la santé publique (SP) et à réduire la pauvreté socio-économique et culturelle liée à la drépanocytose à Kisangani. Il part d’un constat alarmant concernant les taux particulièrement élevés d’homozygotes SS - drépanocytaires -, mais aussi d’hétérozygotes AS, le manque d’avenir des bébés homozygotes SS avec une espérance de vie très courte, le manque de connaissance de la maladie aussi bien au niveau de la communauté que des prestataires de santé, la prise en charge difficile, voire impossible, de la drépanocytose et enfin, le coût exorbitant et l’inaccessibilité des traitements efficaces appliqués dans les pays développés. La proposition vise spécifiquement l’amélioration, à travers l’université de Kisangani, des capacités des professionnels de santé, des associations et des communautés en matière de dépistage, de prévention et de prise en charge optimale et ciblée de la drépanocytose dans la ville de Kisangani, en s’appuyant sur les axes stratégiques d’implémentation interdisciplinaires suivants: i) le dépistage rapide et accessible des personnes cibles afin de mettre à jour la cartographie sanguine précise à Kisangani et de renforcer la prévention de la maladie; ii) la prise en charge globale optimale et les traitements optimisés basés sur la qualité des médicaments « modernes » et à base de plantes; iii) le suivi-surveillance-accompagnement épidémiologique intégrant les dimensions sociales, culturelles et psychologiques et de SP de la maladie. L’appropriation du projet sera confortée par l’implication des associations locales et communautaires et la formation, et sa pérennisation assurée grâce à 5 docteurs formés, à des échanges Nord-Sud et Sud-Sud, à un laboratoire fonctionnel et des protocoles de fonctionnement éprouvés. Les stratégies d’action viseront le niveau normatif (sensibilisation des autorités nationales) et le niveau d’appui (implication des autorités provinciales) de la pyramide de santé en R.D. Congo.