logo-ulb

Fellowship en chirurgie mini-invasive à l’Université du Rwanda

Rwanda

Objectif

FORMATION DE CHIRURGIENS SUD EN CHIRURGIE MINI-INVASIVE DANS LE CADRE D’UN FELLOWSHIP DE L’UNIVERSITE DU RWANDA

Coordinateur(s)

David Waltregny, ULg

Partenaire(s)

ULg, ULB (Jacob suopgui), CHU Marie-Curie, UCL, MNS-asbl et Haute Ecole Lénard de Vinci

Période

2018 - 2022

Présentation du projet

Elaboré et réalisé en collaboration étroite avec le ministère rwandais de la Santé, ce projet de formation sud (PFS) vise la création d’un Fellowship en chirurgie mini-invasive à l’UR pour parfaire la formation des professionnels de quartiers opératoires en exercice au Rwanda et dans la sous-région. La stratégie d’intervention est articulée sur le transfert efficace et durable nord-sud et sud-sud de technologie et sur le soutien inconditionnel des autorités de Kigali. Le Rwanda ainsi que la plupart des pays subsahariens souffrent d’un nombre insuffisant de médecins spécialistes. Les autorités sanitaires du Rwanda ont pris conscience de la nécessité de moderniser la chirurgie. Ainsi, le développement d’un pôle de compétence en chirurgie mini-invasive apparaît comme un moyen de renforcer à la fois le système de santé et de positionner le pays comme un acteur de référence de la sous-région dans le domaine de la formation médicale. Les principaux résultats attendus sont (i) la création d’un programme de formation de 12 mois (Fellowship) comprenant l’application des techniques de chirurgie mini-invasive sur le modèle non-humain et la formation clinique ciblant les pathologies d’intérêt et donnant lieu à un certificat délivré par l’UR, (ii) l’investigation de l’impact socio-anthropologique et économique de l’introduction de la chirurgie mini-invasive dans le système de santé rwandais, (iii) l’appui à la relève académique à l’UR par la réalisation et soutenance de trois thèses de doctorat, et (iv) la création et animation d’une société scientifique et l’octroi au ministère de la santé des outils lui permettant de mieux faire connaître et valoriser la chirurgie mini-invasive.